MON HUMEUR DU MOIS

Posté dans : BLOG 0

 

Mon humeur en février



Je voulais vous parler d’une jolie famille de plantes, Les Astéracées. C’est une sacrée famille appelée aussi Composées. Ce nom est explicable, en effet ce que l’on pense être des “fleurs” n’est qu’un assemblage de fleurs minuscules réunies en capitules.

Aujourd’hui je vais vous parler de 3 d’entre elles: Le Pissenlit, la Piloselle et le Tussilage, on les confond hélas souvent.



Le Tussilage fleurit à nu et les feuilles n’apparaissent qu’après la floraison. Les Romains le nommait Filius ante patrem (le fils avant le père) à cause de cette drôle de particularité.

La fleur de Pissenlit a une rosette de feuilles dentées à sa base.

La Piloselle a des fleurs plus petites que son cousin le Pissenlit.



LA PILOSELLE ou EPERVIERE

Hieracium dérive du grec ancien hierax, qui signifie “épervier”, une croyance populaire voulant que le suc (ou les graines) de ces plantes améliore la vue des éperviers. Quant à Pilosella, ce nom évoque les poils dont sont recouvertes certaines espèces.

Elle est remarquable car depuis l’Antiquité elle est un l’un des meilleurs diurétique. Elle combat avec efficacité la fièvre de Malte et la grippe. C’est un draineur rénal et hépatodigestif. Elle est antibactérienne, antivirale et hémostatique.

La plante entière s’utilise contre les affections du foie et de la rate. La néphrite, la goutte et la grippe.

Les fleurs agissent sur le foie et allège la fatigue.

Les feuilles fraîches contuses ou en macération vineuse sur les plaies récentes et les ulcères.

La racine mâchée est apéritive et augmente la sécrétion salivaire. Le suc en usage externe contre les inflammations des yeux et pour fortifier la vue.

Attention cette plante est une sacrée empoisonneuse: Elle secrète par ses racines des substances toxiques inhibant le cycle de vie de ses voisines et stoppant la germination de leurs graines. On la trouve souvent sur des sols secs ou elle élimine la concurrence à sa façon.

 

LE PISSENLIT ou DENT DE LION

Appelé ainsi car ses feuilles rappellent les canines du félin. Mais son premier nom indique aussi son utilisation comme diurétique (surtout ses feuilles). Ne s’utilise pas si l’on souffre d’insuffisance cardiaque ou rénale. Il soigne l’acné. L’appétit. Les calculs de la vessie. Le foie. La jaunisse. La rétention d’eau. Les rhumatismes. (Voir mon livre de cuisine Tome 1 et 2 + 3) + Soins.

 

Le TUSSILAGE ou PAS D’ÂNE

Jolie allusion à la forme de sabot de ses feuilles. Il tire son nom du latin Tussin ago qui signifie littéralement “Je chasse la toux”. C’est un excellent mellifère car il apparaît en février et permet aux abeilles de se faire une petite provisions avant les fleurs sortant en mars. Attention n’utiliser cette plante que sur la période d’un mois (sinon le foie ne le supporte pas). Ne pas l’utiliser en cas de grossesse et d’allaitement.

On utilise également les feuilles du tussilage pour teindre la laine. Mélangées avec de l’alun, cela donne une couleur jaune chartreuse, et un joli vert en mélange avec du sulfate de fer.

La cendre des feuilles séchées puis brûlées donne un succédané du sel. Elle a été utilisée comme condiment pendant des siècles.

Enfin, le tussilage est un succédané du tabac: certains l’utilisent encore pour essayer d’arrêter de fumer, en se passant de nicotine.

Il soigne la toux, ses feuilles en infusion calment la bronchite et la trachéite. Les plaies. (Voir mon livre de cuisine Tome 2 + 3).