MON HUMEUR DU MOIS

Posté dans : BLOG 0

Mon humeur en Janvier



Je voulais vous parler des Oranges. Elles appartiennent à la Famille des Rutacées.

Les agrumes, groupe dont elle est issue, originaires des contreforts de l’Himalaya furent domestiqués en Inde et en Chine il y a fort longtemps. Ce fruit précieux est évoqué par Confucius (500 ans av. J.-C.). Il nous apprend que l’empereur recevait des oranges et pamplemousses comme offrande, en provenance de Houai, province du sud-est de la Chine. L’orange figure dans la civilisation sumérienne de Mésopotamie (IV-IIIème siècle av. J.-C.) et dans l’Égypte ancienne. Ce sont les marchands arabes qui propagent l’oranger en Afrique du Nord. Les invasions arabes au VIIIème siècle contribuent à l’expansion de l’oranger et du citronnier vers l’Europe du Sud.

Ce n’est qu’au XVème siècle que l’orange douce est introduite dans les cours européennes, rapportée par les Portugais après la découverte de la route des Indes. En France, le roi Louis XII fait construire la première orangerie destinée à cultiver et à protéger les orangers en hiver. Cette innovation permet alors la culture d’orangers dans de grands bacs en bois même au nord de Loire. Louis XIV se plaît à offrir des oranges, fruits du soleil, aux femmes de la cour les soirs de bal et de comédie. L’oranger est alors un arbre de luxe et de faste, pour lequel on n’épargne aucune dépense. Preuve de l’engouement que ce fruit a suscité, le premier oranger fut planté en Haïti en 1493, soit très peu de temps après la découverte du nouveau continent. L’orange représente aujourd’hui la première production de fruits dans le monde. Elle est cultivée à la fois pour son jus et son fruit frais riche en vitamine C.

L’eau de fleur d’oranger, issue de la distillation des fleurs, est recommandée pour ses propriétés calmantes et sédatives.

L’infusion de feuilles d’oranger facilite aussi la digestion et prépare au sommeil.

La pulpe des oranges, riche en acide citrique et en acide malique, soigne les troubles gastriques, hépatiques et intestinaux.



L’Orange Douce ou Citrus Sinensis

Floraison de mars à avril, quant à sa récolte elle est de janvier à juillet.

Son nom signifie “Citron de Chine”, c’est une espèce secondaire issue d’une hybridation entre le pamplemousse et la mandarine.

Elle diminue la sensation de jambes lourdes et est excellente pour la bonne circulation sanguine. En aromathérapie, l’huile essentielle d’orange douce est antibactérienne, anti-inflammatoire et anti-radicalaire. En diffusion, elle est relaxante et anxiolytique, idéale pour calmer les esprits agités et favoriser le sommeil.

L’Orange Amère ou Bigaradier ou Citrus Aurentium

Floraison de mars à avril et sa récolte est de janvier à février.

En cuisine

Elle est généralement trop aigre pour être appréciée en fruit coupé. Au Mexique, cependant, elles sont coupées en deux, salées, revêtues d’une pâte de piments forts, et mangées. La plus grande utilisation dans la nourriture est sous forme de marmelade et à cet effet elles n’ont pas d’égal. Les fruits sont largement exportés vers l’Angleterre et l’Écosse pour la fabrication de la marmelade à l’anglaise.

Le jus est apprécié pour son amertume et comme aromatisant sur les poissons et, en Espagne, sur la viande pendant la cuisson. Au Yucatán, il est employé comme le vinaigre. En Égypte et ailleurs, il est fermenté pour faire du vin.

L’huile d’orange amère, extirpée à partir de la peau, sert industriellement pour aromatiser les bonbons, crèmes glacées, produits de boulangerie, les gélatines et puddings, chewing-gum, les boissons gazeuses, liqueurs et produits pharmaceutiques.

L’huile essentielle extraite du zeste de fruits immatures donne une saveur particulière à certaines liqueurs (Cointreau, Grand Marnier et Curaçao pour ne citer que les plus connus).

L’huile de Néroli, distillée à partir des fleurs du bigaradier, a une utilisation industrielle culinaire limitée, contrairement à l’huile “petit grain” (distillée à partir des feuilles), sans terpènes, qui elle est utilisée pour rehausser les saveurs de fruits dans les produits alimentaires (bonbons, sodas au gingembre et divers condiments).

Utilisations en parfumerie

Les fleurs sont indispensables à l’industrie du parfum et sont célèbres, non seulement pour l’huile de Néroli distillée, mais aussi pour l’huile de fleur d’oranger obtenue par extraction via solvant. Avec des conditions météorologiques favorables dans le Sud de la France, 1000 kg de fleurs donneront 1000-1500 g d’huile.

L’huile petit grain et l’huile de la peau mûre sont d’une grande importance dans la formulation des parfums et des cosmétiques. L’huile petit grain est indispensable dans la composition de la célèbre Eau de Cologne.

Utilisations médicinales

Le jus aigre de la bigarade est antiseptique, anti-bilieux et hémostatique.

Les Africains l’appliquent en coupe ouverte sur les ulcères et les zones du corps souffrant de rhumatismes.

En Italie, au Mexique et en Amérique latine en général, des décoctions de feuilles sont données pour leur effet sudorifique, antispasmodique, stimulant, tonique et l’action stomacale. Les fleurs, préparées comme un sirop, agissent comme un sédatif dans les troubles nerveux et induisent le sommeil. Une infusion de l’écorce amère est considérée comme un tonique, stimulant, fébrifuge et vermifuge.

Les jeunes feuilles fraîches contiennent jusqu’à 300 mg d’acide ascorbique pour 100 g. La feuille mature contient de la stachyhydrine.

Une huile obtenue à partir des graines contient de l’acide linolénique et est largement utilisée comme aliment en raison de sa capacité à réduire les niveaux de cholestérol dans le sang.

Autres utilisations

Le bois est beau, blanchâtre à jaune pâle, très dur, à grain fin, un peu comme le buis. Il est apprécié pour l’ébénisterie et le tournage. À Cuba, il est façonné en battes de base-ball.

Le bigaradier sert de substitut au savon : dans les îles du Pacifique, les fruits écrasés et les feuilles macérées, qui tous deux font mousser l’eau, sont utilisés comme du savon pour laver les vêtements et comme shampooing. Les bigarades sont encore employées pour récurer les planchers et les cuivres.

L’huile de Néroli, mélangée avec de la vaseline, est utilisée en Inde à titre préventif contre les sangsues.