MON HUMEUR DU MOIS

Posté dans : BLOG 0

Mon humeur en Juillet

 

Je voulais vous parler de deux arbustes aux jolies fleurs jaunes présents dans dans nos bois, haies et chemins, ils appartiennent tous les deux à la même famille les Fabacées, ce sont le Genet à balais et l’Ajonc.

Comment faire la différence, encore une fois, la nature nous aide, en fait la principale distinction réside dans le caractère épineux de l’Ajonc.

 

L’Ajonc

Sa fleurissement est annuel. Il appartient au genre ULEX qui compte une vingtaine d’espèce. Excellente plante mellifère.

En 2016, il est devenu l’emblème de la Bretagne. Il existe une légende bretonne du Voleur d’Ajonc” (AL LAER LANN), voici ce qu’elle raconte: Un soir d’hiver, par un beau clair de lune, un seigneur, revenant un peu plus tard que d’habitude rencontra un voisin, assez mal famé qui portait sur son dos plusieurs fagots d’ajonc sec. Il l’aborda et lui dit :

Tu as pris cet ajonc dans ma lande.

Jamais de la vie, répondit le paysan, cet ajonc ne vous appartient pas.

Jure-le donc par la lune en la montrant du doigt et rappelant ainsi cette vieille tradition de jurer devant l’astre nocturne

Que la lune m’engloutisse, si j’ai pris cet ajonc sur vos terres !

Il n’avait pas fini sa phrase qu’il fut avalé par la lune. Et il est depuis sur la lune, condamné à porter éternellement son fardeau d’ajonc au vu et au su de tout le monde

 

Très inflammable, il était autrefois utilisé comme bois de chauffage. On en use comme litière et fourrage (ses jeunes pousses) pour le bétail et comme haie défensive. Utilisations des fleurs comme colorant (autrefois on les utilisait pour colorer les Œufs de Pâques).

Il a des propriétés sédatives, vasoconstrictrices et diurétiques ainsi que laxative.

À employer avec prudence en faisant attention aux doses. Attention : outre leurs redoutables épines, les ajoncs contiennent des alcaloïdes toxiques, principalement dans leurs graines, cachées dans de petites gousses. Surveillez les jeunes enfants.

Ses boutons floraux sont à macérer dans du vinaigre, excellent et cela remplace les câpres.

 

Le Genêt à Balais

Son efflorescence est de mai à août, quant à sa récolte elle commence en mai pour se finir en juillet. Il appartient à plusieurs genre dont le plus connu est le Cytisus (il y a aussi Genista et Spartium).

La légende raconte qu’en 1228, Geoffroy V, dit “Le Bel”, comte d’Anjou et du Maine, chevauchait dans une lande près de la ville du Mans, lorsqu’il aperçut une licorne à tête de femme vêtue d’un manteau d’or au milieu d’un champ de genêts. Bouleversé par cette apparition, il choisit de faire de cette plante son emblème et d’en planter sur ses terres, d’où l’origine du surnom “Plantagenêt”, qui est à l’origine d’une dynastie princière particulièrement importante au Moyen-Age, les Plantagenet dont les membres furent comtes d’Anjou et du Maine, puis par mariage roi d’Angleterre, ducs de Normandie et finalement ducs d’Aquitaine.

Son nom, viendrait aussi, de l’emploi qu’on en faisait (Scopa en latin signifie Balai). Enfin, le genêt à balais, comme son nom l’indique, était utilisé il n’y a pas si longtemps que cela dans les zones rurales pour la confection des “escoubes”, ces balais rustiques et grossiers mais très résistants.

Ses propriétés médicinales n’apparaissent qu’au Moyen-Age. Il agit sur le cœur en régulant le rythme cardiaque. Il a une propriété diurétique, ce qui en fait un remède efficace contre les rhumatismes et la goutte. Il est également, utilisé contre les morsures des serpents venimeux. Par son action contractante des muscles de l’utérus, il empêche les saignements après les accouchements.

Ne pas l’utiliser si l’on est enceinte ou allaitante. Ne pas donner aux enfants. Ne jamais en prendre en cas d’hypertension. Cette plante peut être soumise à des restrictions légales dans certains pays.

Attention toutefois aux troubles digestifs possibles provoqués par leur ingestion à trop forte dose. Mais les genêts à balais contiennent peu de spartéine cet alcaloïde qui, à fortes doses comme dans le genêt d’Espagne, est toxique pour le cœur.

En cuisine, on s’en sert comme Câpres ou comme condiment.